Аэропорты: АКШ аба кыймылын алдыга туйлап бетме - бет JeuneAfrique.com

Face au développement spectaculaire du trafic aérien, les États doivent revoir leur stratégie. Une minorité a fait le choix de confier la gestion de ses infrastructures à des privés.

Après avoir inauguré en grande pompe l’aéroport de Marrakech-Menara fin 2016, celui de Fès en 2017, et en janvier le nouveau terminal 1 de l’aéroport de Casablanca, qui devrait lui permettre d’accueillir 14 millions de passagers, Zouheir Mohamed El Oufir, directeur général de l’Office national marocain des aéroports (ONDA), a encore d’autres projets dans ses cartons pour répondre à un trafic qui ne cesse de croître.

Depuis 2006, ce dernier augmente de 6 % à 8 % par an et a même progressé de 10 % au cours de ces deux dernières années, porté par l’open sky et par les compagnies low cost. Présent début mars à Louxor à la 61e conférence régionale du Conseil international des aéroports-Afrique (ACI-Afrique), la grand-messe annuelle du secteur, le dirigeant met en avant son nouveau projet phare : le terminal de Rabat-Salé, dont les travaux, lancés en décembre 2018, devraient quadrupler la capacité d’accueil de l’aéroport en la portant à 4 millions de passagers.

Бул макалада алгачкы пайда Жөн ЮАР